Le mot du jour franco-autrichien
 

 

 

 

T R I A G E

Pour faire apparaître la traduction des mots soulignés •• Ca fonctionne ? Parfait ! ••, placez le curseur dessus (ou le doigt, si vous utilisez une tablette ou un smartphone)
 

"Triagen drohen - Man sei noch nicht in der harten Triage. Wenn die Zahlen weiter steigen, wird das System das aber nicht verkraften können", warnt Klaus Markstaller, Präsident der Österreichischen Gesellschaft für Anästhesie, Reanimation und Intensivmedizin (ÖGARI) - (article du 14 novembre 2020)

Le Président de la Société autrichienne d'Anesthésie, de Réanimation et de Soins Intensifs met la population en garde •• mettre en garde : warnen •• : si les mesures de confinement ne sont pas respectées, on se dirige inéluctablement •• unvermeidlich, unweigerlich •• vers le triage car le système de soins ne va pas tarder •• bald etw. tun •• à être saturé •• überlastet •• .


Avec l'épidémie de Covid-19 se répandent •• sich verbreitten, in Umlauf gebracht werden •• dans la langue courante des termes, expressions et abréviations jusque là peu connus du grand public : de triage à hydroxychloroquine en passant par "cluster", immunité collective •• Herdenimmunität •• , patient zéro •• Patient Null, Indexpatient •• , traçage •• Tracking, Nachverfolgung •• , PCR •• Polymerase-Kettenreaktion, Polymerase Chain Reaction •• , masque FFP •• filtering facepiece, partikelfiltrierend •• , etc.


Les secouristes et médecins urgentistes •• Notarzt •• ont recours •• sich mit etw. behelfen, etw. anwenden •• au triage médical lorsque le nombre de patients à traiter dépasse •• übersteigen •• la capacité de soin. Ce procédé permet de déterminer quels patients sont prioritaires et l'ordre dans lequel ils vont être traités et évacués.

Cette situation peut survenir •• eintreten, sich ereignen •• en cas de guerre, d'attentat (ex. la tuerie •• Gemetzel, Blutbad •• du Bataclan du 13/11/2015), de catastrophe naturelle (tsunami, séisme •• Erdbeben •• ...), d'accident majeur avec un grand nombre de victimes (par ex. accident routier, ferroviaire •• Bahn- •• ou explosion)... ou de pandémie comme à l'heure actuelle.


Si son origine française est évidente, ce n'est pourtant pas en France que le mot triage (1) (au sens médical du terme) a été employé pour la 1ère fois. Pendant plus de cinq siècles, le terme ne s'est appliqué •• appliquer à : anwenden •• qu'à des objets et - dans ce domaine-là - il est aujourd'hui largement supplanté •• verdrängen •• par "sélection" ou "tri". On parle ainsi du tri sélectif •• Abfall-, Mülltrennung •• (des ordures ménagères), du tri postal •• Sortieren der Post, Briefverteilanlage •• ..., on fait le tri •• eine Auswahl treffen, sortieren •• dans nos placards, nos vêtements, dans notre boîte mail...

Le mot triage s'est maintenu •• sich behaupten, bestehen bleiben •• néanmoins dans le domaine ferroviaire avec l'expression "gare de triage •• Rangierbahnhof •• " (apparue à la fin du XIXe siècle) - station de chemin de fer où on sélectionne les wagons de marchandises selon leur destination pour former des convois •• Wagenfolge, -kolonne •• - et, justement, dans le domaine médical.

Le mot triage - au sens sanitaire du terme (2) - apparaît - en français - dans un manuel •• Handbuch, Lehrbuch •• rédigé en langue allemande par Oscar Heyfelder, chirurgien allemand, et paru en 1874 à Saint-Pétersbourg (3) : " Kriegs-Chirurgisches Vademecum" (Manuel de chirurgie de guerre, traduit dès l'année suivante en français).

Sans surprise, le mot et le procédé se diffusent à grande échelle •• in großem Umfang •• , et dans tous les camps, pendant la 1ère Guerre mondiale. Le but premier de l'opération est alors de sauver la vie des militaires... pour pouvoir les renvoyer combattre au front le plus rapidement possible !

Au cours du XXe siècle, le triage s'est étendu au domaine de la médecine de catastrophe, de la médecine humanitaire et de la médecine d'urgence. Depuis 1983, la hiérarchisation adoptée dans la plupart des pays répartit •• einteilen •• les victimes en trois catégories principales, matérialisées par un code couleur (4) :
- rouge : patients, gravement atteints mais pouvant être sauvés, peuvent être secourus sur place
- jaune : victimes aux blessures demandant des soins importants mais pouvant attendre, peuvent être évacués
- noir : patients très gravement blessés, mais qui n'ont pas priorité car leur traitement a de faibles chances de succès

Le choix du terme triage pour qualifier cette opération de sélection des blessés a-t-il un rapport avec l'existence de ce code tricolore ? Eh bien, non. Le terme n'a rien à voir avec le préfixe numérique "tri-" avec lequel sont formés des mots comme  triangle, tricolore, ou trilingue.

Le verbe trier - et donc les déverbaux tri et triage - vient du latin tritum, supin de terere qui signifie "frotter", en particulier "frotter, battre le blé •• das Getreide Dreschen •• de manière à enlever la balle •• Spreu •• ". Trier, signifiait donc à l'origine "séparer le bon grain de l'ivraie" •• die Spreu vom Weizen trennen
au sens figuré : discerner le bien du mal, les bons et les méchants, le vrai et le faux
••  
  (au sens propre du terme) (5).

Et, plus étonnant encore, le verbe anglais to try (essayer) est également dérivé du latin terere. Attesté vers 1300, il signifie alors "examine judiciously, discover by evaluation".  Examiner et évaluer, ce sont encore aujourd'hui les méthodes employées pour le "triage".

 

     Pour être au courant


1- le triage ≠ die Triage : les mots en -age sont masculins en français - et... féminins en allemand ! - du 'triage' au 'garage' en passant par 'courage', 'bagage' (so eine Bagage!), 'étage' (die 'Beletage'), 'sabotage' ou 'vernissage'.
Exceptions :  image, page, cage, rage, plage et nage sont du genre féminin.

2- Le triage (avant la lettre)bevor es den Begriff überhaupt gab ••     :
• C'est Dominique Larrey, chirurgien en chef de l'armée napoléonienne, qui a établi les principes de base de la gestion des blessés, décidant de leur évacuation ou de l'administration •• administrer des soins à qn : behandeln, betreuen •• des premiers soins sur les champs de bataille. Et ce - selon un principe républicain, égalitaire -  sans aucune distinction de grade ou même d'appartenance nationale.
• Le triage des blessés, au sens moderne du terme, a été mis au point •• mettre au point : entwickeln •• pendant la Guerre de Crimée (1853-56) par le chirurgien russe Nicolaï Pirogov qui classait les patients en cinq catégories.

3- Saint-Pétersbourg, une cour cosmopolite au XIXe siècle :
• Oscar Heyfelder est médecin-chef dans l'armée russe pendant une vingtaine d'années. Il manie •• manier qc : mit etw. umgehen •• aussi bien le russe ou le français que l'allemand, langues alors parlées à la cour et dans l'aristocratie.
• Les auteurs français, en particulier, Balzac, Zola, Dumas et Jules Verne, sont très populaires dans la haute société.
Marius Petipa, invité en 1847 à la Cour de Saint-Pétersbourg, y restera jusqu'à sa mort : il y a composé la chorégraphie de plus de 60 ballets, dont "Le Lac des Cygnes" de Tchaïkovski.
• En outre, cinq des six tsarines du XIXe siècle sont d'origine allemande : Louise Augusta de Bade, épouse d'Alexandre 1er ; Charlotte de Prusse, épouse de Nicolas 1er ; Marie de Hesse-Darmstadt, épouse d'Alexandre II ; et Alix de Hesse-Darmstadt, épouse du dernier tsar, Nicolas II.

4- Codification internationale du triage (START: Simple Triage and Rapid Treatment) :
- l'étiquette rouge (Immediate) donnent la priorité aux patients gravement atteints mais pouvant être sauvés sans investissement disproportionné de ressources (ayant par exemple une hémorragie).
- l'étiquette jaune (delayed) concerne ceux dont les blessures (brûlures ou fractures multiples) demandent des soins importants mais qui peuvent être repoussés sans trop de risques pour leur survie ou leur santé
- étiquette noire (expectant ou deceased) : désigne les patients les plus gravement blessés, dont la vie peut être en jeu, mais qui n'ont pas priorité car leur traitement a de faibles chances de succès et mobiliserait des ressources trop importantes.
- la catégorie minor comprend les patients qui ne réclament pas ou que peu de soins médicaux.

5- Spreu = balle et ivraie : en français, on distingue la balle - constituée par les glumes (Spelze, Hülse) qui enveloppent le grain - de l'ivraie (Lolch), graminée dont une espèce aux graines toxiques avait la réputation de provoquer l'ivresse •• Trunkenheit •• , d'où son nom.
aller au persil, mais ni au marché ni au jardin Franz und Emil haben sich verfranzt

Une question à poser ou un commentaire à faire ?   Précision - Les mots traduits
figurent sous leur forme de base :
infinitif pour les verbes ;
singulier pour les substantifs ;
masculin singulier pour les adjectifs.

Liste chronologique
"Mot du jour"